Responsive Joomla Templates by BlueHost Coupon

Matin brun

Sur scène, deux personnages constatent la montée progressive d’un régime totalitaire, par des faits paraissant anodins et qui modifient leur vie quotidienne, mais auxquels ils s’adaptent car "on a bien droit à un peu de tranquilité".

Leur dialogue se tient sur fond de "Radio-brune", présente pendant tout le spectacle. Celle-ci fait entendre une unique chanson, maintes fois reprises dans des arrangements différents, entre rock FM et musique (très) commerciale. Elle alterne avec les annonces de décrets gouvernementaux (extraits du texte de Pavloff), et des "jingles" publicitaires.

En contrepoint, une musique instrumentale écrite par Jean-Pierre Seyvos (pour flûte, clarinette, trompette, cor, tuba ou saxophone baryton, accordéon, percussions et clavecin/orgue) révèle les tensions sous-jacentes de ce dialogue en apparence banal. Au fur et à mesure que la pièce avance, la musique évolue vers une densité de plus en plus chaotique...

Matin Brun est un spectacle dramatique musical pour deux comédiens et huit musiciens, basé sur le texte original de la nouvelle et une musique de Jean-Pierre Seyvos, Cette création est conçue pour associer des adolescents, de plusieurs manières, dans le cadre d’une réflexion artistique (rôle de la musique dans un spectacle, standardisation des produits culturels) et également citoyenne ou politique (montée d’un régime totalitaire et résistance).

Elle a associé des adolescents aux professionnels du secteur musical et théâtral avec une équipe composée :
  • du compositeur Jean-Pierre Seyvos
  • de François Martel et Julien Playe pour toute la partie théâtrale
  • des professeurs du conservatoire pour l’ensemble instrumental, dirigé par Eric Valdenaire

A ces professionnels ont été associés les élèves des établissements scolaires impliqués et les adolescents des classes à horaires aménagés chant choral du conservatoire, pour la conception et l’enregistrement de la bande son de Radio-brune. C’est-à-dire pour créer et enregistrer des « jingles » publicitaires, et pour enregistrer la chanson dans ses différentes versions. Cette « fabrication » de la bande-son fut l’objet de recherches textuelles, sonores, techniques, vocales et théâtrales, familiarisant les élèves avec la création et l’utilisation d’outils numériques et engageant une réflexion sur la standardisation des produits culturels...

Tout au long du spectacle, une unique chanson, maintes fois reprise dans des arrangements différents, entre rock FM et musique (très) commerciale, était interprétée par une classe à horaires aménagés du collège du Jardin des Plantes. Les dialogues et la chanson étaient ponctués de « jingles » publicitaires réalisés par une classe de l'école élémentaire Jacques-Brel et une classe du collège Ronsard.

La musique instrumentale écrite par Jean-Pierre Seyvos révèle les tensions sous-jacentes de ce dialogue en apparence banal. Au fur et à mesure que la pièce avance, la musique évolue vers une densité de plus en plus chaotique... Cette partie était interprétée par un ensemble de musiciens constitué d'enseignants du conservatoire : Jean-Paul Rivaud, clarinette ; Simon Bessaguet, cor ; Gilles Tressos, saxophone ; Jean-Yves Reveillon, accordéon : Marc Brochet, piano électrique et Jeff Grosbras, percussions.

A ces professionnels étaient associés :

  • la classe CHAM voix 4ème/3ème du collège du Jardin des Plantes, préparée par Claire-Marie Mille, professeur au conservatoire ;
  • la classe de CE2 de Jacques Clavaud de l'école élémentaire J.-Brel préparée par Nicolas Brasard, professeur au conservatoire ;
  • une classe du collège Ronsard préparée par Caroline Prouet, professeur de musique ;
  • ua classe CHAT 3ème du Collège Ronsard, préparée par François Martel, professeur au conservatoire.

Cette « fabrication » de la bande-son sa fait l’objet de recherches textuelles, sonores, techniques, vocales et théâtrales, familiarisant les élèves avec la création et l’utilisation d’outils numériques et engageant une réflexion sur la standardisation des produits culturels.

… enrichie d'actions complémentaires
Les élèves ayant préparé les jingles ont été invités à assister à une répétition du spectacle (sur le temps scolaire) et ont rencontré le compositeur. La représentation a été suivie d'un débat organisé par la fédération des centres sociaux et l'association APTE (audiovisuel pour tous dans l'éducation) sur le rôle et la place des médias et d'un goûter brun.


Un spectacle pouvant être diffusé dans les lycées après sa création
Ce spectacle est conçu pour pouvoir aussi être facilement diffusé dans les collèges et lycées après sa création.

Une fois le spectacle existant, il pourra aussi être partiellement « recréé » de façon participative selon un dispositif proche de la résidence initiale :

  • la musique instrumentale serait ainsi déjà écrite mais pourrait être jouée soit par un ensemble instrumental composé de musiciens professionnels locaux, complétés le cas échéant par des musiciens du CRR ou d’Ars Nova ;
  • une nouvelle bande-son pourrait être créée et enregistrée avec des lycéens et des élèves de collèges et ou de conservatoire.